facebook

5 mythes concernant les cellules souches : Ce que dit la science

Les cellules souches ont la capacité de régénérer les tissus endommagés et sont considérées comme un remède potentiel pour toute une série de maladies et de lésions. Il s’agit d’un domaine de recherche fascinant qui évolue rapidement. Pourtant, le battage médiatique et les espoirs qui entourent ces cellules puissantes s’accompagnent d’idées fausses et de mythes. Dans cet article, nous examinerons certaines des idées fausses les plus répandues sur les cellules souches et nous ferons la distinction entre la réalité et la fiction, en nous basant sur ce que dit la science. Brisons donc quelques mythes et découvrons ce que les cellules souches peuvent réellement faire.

Mythe #1. Le traitement avec des cellules souches est une escroquerie. Comment une seule méthode pourrait-elle être efficace pour traiter de nombreuses maladies ?

L’une des raisons pour lesquelles le traitement par cellules souches peut être efficace pour un large éventail de maladies est qu’il utilise la capacité des cellules souches à promouvoir la réparation et la régénération des tissus. Les cellules souches peuvent être utilisées pour stimuler la production de nouvelles cellules et ont également la capacité de se différencier en divers types de cellules. Elles constituent donc un outil polyvalent qui peut être utilisé pour remplacer les cellules endommagées ou mortes dans l’ensemble du corps. 

Les cellules souches peuvent également être utilisées pour réguler le système immunitaire, ce qui en fait un traitement potentiel pour les troubles auto-immuns tels que la sclérose en plaques ou le diabète de type 1. 

Elles ont également de nombreuses autres capacités qui peuvent aider à traiter de nombreux autres problèmes de santé.

Le développement de différentes maladies implique des mécanismes physiopathologiques cellulaires, immunitaires et métaboliques de base communs, qui sont médiés par certaines substances biologiquement actives. Par exemple, les canaux liés à l’hypoxie (diminution de l’apport en oxygène) et les mécanismes liés aux facteurs HIF sont impliqués non seulement dans les maladies cardiaques et respiratoires, mais aussi dans la destruction des articulations dans l’arthrite rhumatoïde, dans les changements dégénératifs dans la maladie de Parkinson, dans les lésions neuronales dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et dans d’autres conditions. Il en va de même pour d’autres mécanismes de base, notamment :
l’angiogenèse (formation de nouveaux vaisseaux sanguins) ;
l’inflammation ;
l’apoptose (mort cellulaire naturelle) ;
d’autres processus pathologiques systémiques impliqués dans le développement de différentes maladies.

Les principaux mécanismes d’action biochimiques et physiologiques des cellules souches mésenchymateuses (CSM) sont les suivants :

  1. Action anti-inflammatoire et à médiation immunitaire, due à l’effet des CSM sur les cellules immunitaires et à des mécanismes supplémentaires qui les aident à développer à nouveau une réponse inflammatoire.
  2. Angiogenèse – sécrétion de facteurs angiogéniques qui contribuent au développement de nouveaux capillaires (vaisseaux). Cela entraîne une augmentation de l’apport sanguin aux tissus et améliore l’oxygénation.
  3. Production de facteurs antioxydants.
  4. Suppression de l’apoptose.

L’efficacité des traitements à base de CSM dans différentes maladies est étayée par de nombreux essais cliniques. Ces essais cliniques sont réalisés conformément à tous les principes des lignes directrices des BPC (bonnes pratiques cliniques) avec des groupes de patients non traités ou sous placebo (faux traitement). Les résultats sont publiés dans des revues scientifiques, et les résultats de certains essais cliniques sont disponibles pour : 

Des analyses détaillées sur d’autres maladies seront publiées prochainement.

Si le traitement par cellules souches est souvent associé à des pathologies graves telles que l’attaque cérébrale et la maladie d’Alzheimer, il peut potentiellement s’appliquer à de nombreux autres domaines de la médecine. Par exemple, les cellules souches sont étudiées en tant que traitement possible des blessures, des brûlures et même de la perte de cheveux. Au fur et à mesure que notre compréhension des cellules souches progresse, il est probable que nous découvrions d’autres façons de les utiliser pour améliorer la santé humaine.

Si les cellules souches sont extrêmement prometteuses pour le traitement d’un large éventail de pathologies, elles ne constituent pas une panacée universelle. Les différents types de cellules souches ont des capacités différentes, et certaines maladies peuvent être plus difficiles à traiter que d’autres. En outre, les résultats des traitements cellulaires peuvent varier d’un patient à l’autre.

Mythe #2. Les cellules souches peuvent être rejetées par le système immunitaire du receveur.

Les cellules souches peuvent être rejetées par le système immunitaire du receveur au cours de la procédure de greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH), également connue sous le nom de greffe de moelle osseuse, qui est effectuée dans le cas de leucémies et d’autres tumeurs malignes du sang. Les CSH présentent généralement un niveau élevé d’expression du système d’antigènes leucocytaires humains (HLA) à leur surface. Cela peut amener le système immunitaire du receveur à reconnaître les cellules transplantées comme des antigènes étrangers et à déclencher une réponse immunitaire contre elles. Cela peut potentiellement conduire à un rejet des cellules souches et nécessite l’appariement du donneur et la suppression immunitaire pendant la procédure de traitement allogénique (donneur) des CSH. 

Dans notre clinique, nous utilisons des cellules souches mésenchymateuses pour la thérapie. Elles se caractérisent par une faible expression de HLA et une autorégulation de l’expression HLA à leur surface. Les CSM sont donc potentiellement sûres pour différents protocoles de médecine régénérative, sans qu’il soit nécessaire d’apparier le donneur et le receveur.

Elles sont capables de se soustraire à la détection immunitaire et d’éviter les attaques du système immunitaire du receveur. Les cellules souches ont un faible niveau d’expression des molécules du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH), qui sont les protéines responsables du déclenchement d’une réponse immunitaire. Cela signifie qu’elles ne sont pas reconnues comme étrangères par le système immunitaire du receveur et qu’elles ne déclenchent pas de réponse immunitaire.

Les cellules souches sont également capables de moduler la réponse immunitaire du receveur et il a été démontré qu’elles ont des effets immunosuppresseurs. Cela réduit la capacité du système immunitaire à attaquer les cellules étrangères.

Les cellules souches peuvent également se déplacer vers des zones d’inflammation dans le corps, où elles peuvent exercer leurs effets thérapeutiques. Cela peut être particulièrement utile pour traiter des maladies telles que la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde, où l’inflammation est un facteur clé de la progression de la maladie.

Il est intéressant de noter que les cellules souches dérivées de certaines sources, telles que le cordon ombilical, ont des effets immunomodulateurs encore plus importants que d’autres types de cellules souches.

Mythe #3. Le traitement par cellules souches est à l’origine de tumeurs malignes

Pendant des années, les scientifiques et les patients ont été préoccupés par le risque potentiel de tumeurs malignes. La sécrétion de multiples facteurs de croissance par les CSM, ainsi que leur potentiel de reproduction élevé, ont fait qu’elles ont été considérées comme présentant un risque de développement de cancer. Cependant, de nombreux essais cliniques ont montré qu’aucune tumeur maligne ne s’est développée. Des publications récentes suggèrent même le rôle potentiel des cellules souches dans le traitement du cancer. Sur la base du mécanisme d’action des CSM, cette méthode semble encore être une arme à double tranchant et doit être utilisée avec prudence. 

La croissance tumorale est plus typique des cellules souches embryonnaires (obtenues à partir d’embryons ou de matériel de fécondation in vitro). L’utilisation de ces cellules dans la pratique clinique est limitée pour des raisons éthiques.

Cependant, il est important de comprendre que le traitement par cellules souches est une procédure médicale complexe qui nécessite l’expertise de professionnels de la santé formés et expérimentés. Les patients doivent consulter leurs prestataires de soins de santé à toutes les étapes du processus afin de s’assurer qu’ils reçoivent le traitement le plus approprié à leur condition spécifique.

Mythe #4. Les cellules souches ne se trouvent que dans les embryons, et les cellules souches sont prélevées lors d’avortements.

L’un des mythes les plus tenaces et l’une des préoccupations éthiques les plus vives concernant l’utilisation des cellules souches est qu’elles ne se trouvent que dans les embryons, mais ce n’est pas vrai. Les cellules souches embryonnaires sont un type de cellules souches, mais les scientifiques les ont également trouvées dans de nombreuses autres parties du corps. 

Les cellules souches embryonnaires peuvent être obtenues à partir de fœtus avortés, mais elles ne sont pas utilisées en thérapie car celle-ci est fortement réglementée et restreinte dans de nombreux pays. La thérapie régénérative n’utilise que des cellules souches mésenchymateuses, qui sont généralement obtenues à partir de tissus adultes. En effet, les cellules souches adultes sont moins controversées, plus abondantes et moins susceptibles de provoquer des complications ou des rejets. 

Ces tissus adultes comprennent :

  1. Le cordon ombilical des nouveau-nés en bonne santé et le placenta. Le problème éthique réside dans le fait que certaines personnes pensent que l’utilisation des cellules souches présentes dans le cordon ombilical ou le placenta équivaut à ôter la vie à quelqu’un. Cependant, le placenta et le cordon ombilical sont normalement éliminés après une naissance en bonne santé et peuvent être utilisés sans nuire à quiconque.
  2. Le tissu adipeux (graisse).
  3. La moelle osseuse.
  4. La pulpe dentaire, etc.

Mythe #5. La thérapie par cellules souches est une procédure risquée et expérimentale

Cet avis se fonde sur la déclaration de la FDA concernant le risque de réactions au site d’administration, la capacité des cellules souches à quitter les sites ciblés et à se transformer en types de cellules inappropriés ou à se multiplier de manière incontrôlée, à ne pas fonctionner comme prévu et à favoriser la croissance de tumeurs. Ces avis se fondent sur des cas d’effets indésirables graves liés à des procédures invasives, telles que l’injection intraoculaire et l’injection directe dans la moelle épinière. Ils étaient principalement dus à l’utilisation de types de cellules inappropriés et à des violations à un certain stade de la procédure.

Malgré ces mesures de sécurité étendues, certaines cliniques et certains praticiens ont commencé à proposer des traitements à base de cellules souches non éprouvés et potentiellement dangereux. Ces traitements malhonnêtes ne sont pas représentatifs de l’ensemble du secteur et ont créé une réputation négative autour de la pratique dans son ensemble. C’est pourquoi il est important que les patients effectuent leurs recherches et recherchent des cliniques de cellules souches réputées et agréées pour s’assurer qu’ils reçoivent des traitements sûrs et efficaces.

Les difficultés pour obtenir l’approbation de la FDA sont liées aux défis de la standardisation des protocoles de recherche, à la nécessité de réaliser des essais randomisés multicentriques en même temps dans de nombreux pays et au transport des CSM (un régime de température très strict). Toutefois, ces dernières années, certains protocoles d’essai (comme celui-ci) ont déjà reçu l’approbation de la FDA.

Entre-temps, les résultats de plusieurs essais cliniques ont confirmé la sécurité de la procédure. Vous trouverez une analyse détaillée avec des liens vers des recherches dans notre article d’analyse.

Les cellules souches sont extraites du corps du patient ou d’un donneur, ce qui élimine le risque de rejet du système immunitaire ou de transmission de maladies souvent associé à d’autres types de greffes.

En outre, les traitements à base de cellules souches ne sont généralement pas très invasifs et peuvent être réalisés en ambulatoire. Cela réduit le risque de complications et permet aux patients de reprendre rapidement leurs activités normales.

Conclusions

L’utilisation des cellules souches dans les applications médicales a fait l’objet de recherches approfondies et a été affinée au cours des dernières décennies. De nombreux essais cliniques ont montré que la thérapie par les cellules souches peut être un traitement efficace pour toute une série d’affections, des maladies cardiaques aux lésions de la moelle épinière.

Cependant, certaines idées fausses concernant la thérapie par cellules souches ont conduit de nombreuses personnes à renoncer à des traitements qui pourraient changer leur vie, par peur et par manque d’information. Beaucoup d’entre elles restent sceptiques quant au traitement par cellules souches, et l’on croit de plus en plus que ces traitements ne sont toujours pas réglementés et qu’ils ne sont pas sûrs. 

Pendant ce temps, la recherche scientifique et les organismes de réglementation du monde entier ne cessent de réfuter les mythes qui entourent les traitements à base de cellules souches. L’approche fondée sur les cellules a le potentiel de révolutionner la médecine moderne et d’améliorer la vie d’innombrables personnes.

Si vous ou l’un de vos proches souffrez d’une maladie grave, il vaut la peine d’explorer les avantages potentiels du traitement par cellules souches et de discuter de vos options avec un professionnel de santé qualifié.

Obtenir une consultation gratuite en ligne

Contactez-nous pour en savoir davantage sur nos options de thérapie par cellules souches et pour savoir si vous pourriez bénéficier de cette procédure.

swiss medica photo
Dr. Nina

MD, Physician in General Medicine, Gastroenterology, Rheumatology, Pulmonology, Cardiology. Regenerative specialist


Liste des références:

  1. Quiñonez-Flores, C.M., González-Chávez, S.A. & Pacheco-Tena, C. Hypoxia and its implications in rheumatoid arthritis. J Biomed Sci 23, 62 (2016).

  2. Pinilla, L. L., Ugun-Klusek, A., Rutella, S., & De Girolamo, L. A. (2021). Hypoxia Signaling in Parkinson’s Disease: There Is Use in Asking “What HIF?”. Biology, 10(8).

  3. Nomura, Emi et al. Imaging Hypoxic Stress and the Treatment of Amyotrophic Lateral Sclerosis with Dimethyloxalylglycine in a Mice Model. Neuroscience vol. 415 (2019): 31-43.

  4. Spees, J. L., Lee, R. H., & Gregory, C. A. (2016). Mechanisms of mesenchymal stem/stromal cell function. Stem cell research & therapy, 7(1), 125.

  5. Fan, L., Zhang, Y., Li, X., & Fu, L. (2020). Mechanisms underlying the protective effects of mesenchymal stem cell-based therapy. Cellular and Molecular Life Sciences, 77(14), 2771-2794.

  6. Gao, F., Chiu, S. M., Motan, D. A., Zhang, Z., Chen, L., Ji, H. L., Tse, H. F., Fu, Q. L., & Lian, Q. (2016). Mesenchymal stem cells and immunomodulation: current status and future prospects. Cell death & disease, 7(1), e2062.

  7. Hou, L., Kim, J. J., Woo, Y. J., & Huang, N. F. (2016). Stem cell-based therapies to promote angiogenesis in ischemic cardiovascular disease. American Journal of Physiology – Heart and Circulatory Physiology, 310(4), H455.

  8. Limoli, P. G., Vingolo, E. M., Limoli, C., & Nebbioso, M. (2020). Antioxidant and Biological Properties of Mesenchymal Cells Used for Therapy in Retinitis Pigmentosa. Antioxidants, 9(10).

  9. Gu, Y., Zhang, Y., Bi, Y. et al. Mesenchymal stem cells suppress neuronal apoptosis and decrease IL-10 release via the TLR2/NFκB pathway in rats with hypoxic-ischemic brain damage. Mol Brain 8, 65 (2015).

  10. Zhang, M., Yan, X., Shi, M. et al. Safety and efficiency of stem cell therapy for COVID-19: a systematic review and meta-analysis. Glob health res policy 7, 19 (2022).

  11. Yao, Weiqi et al. Safety and efficacy of mesenchymal stem cells in severe/critical patients with COVID-19: A systematic review and meta-analysis. EClinicalMedicine vol. 51 101545. 9 Jul. 2022.

  12. Li, A., Guo, F., Pan, Q., Chen, S., Chen, J., Liu, H., & Pan, Q. (2021). Mesenchymal Stem Cell Therapy: Hope for Patients With Systemic Lupus Erythematosus. Frontiers in Immunology, 12.

  13. Wang, Dandan et al. A Long-Term Follow-Up Study of Allogeneic Mesenchymal Stem/Stromal Cell Transplantation in Patients with Drug-Resistant Systemic Lupus Erythematosus. Stem cell reports vol. 10,3 (2018): 933-941.

  14. Ouyang, Qian et al. Meta-Analysis of the Safety and Efficacy of Stem Cell Therapies for Ischemic Stroke in Preclinical and Clinical Studies. Stem cells and development vol. 28,8 (2019): 497-514.

  15. Bhawnani, N., Ethirajulu, A., Alkasabera, A., Onyali, C. B., Anim-Koranteng, C., Shah, H. E., & Mostafa, J. A. (2021). Effectiveness of Stem Cell Therapies in Improving Clinical Outcomes in Patients With Heart Failure. Cureus, 13(8), e17236.

  16. Aljabri, Ammar et al. The Safety and Efficacy of Stem Cell Therapy as an Emerging Therapy for ALS: A Systematic Review of Controlled Clinical Trials. Frontiers in neurology vol. 12 783122. 1 Dec. 2021.

  17. Wang, Y., Huang, J., Gong, L., Yu, D., An, C., Bunpetch, V., Dai, J., Huang, H., Zou, X., Ouyang, H., & Liu, H. (2019). The Plasticity of Mesenchymal Stem Cells in Regulating Surface HLA-I. iScience, 15, 66–78.

  18. Wang, Y., Yi, H. & Song, Y. The safety of MSC therapy over the past 15 years: a meta-analysis. Stem Cell Res Ther 12, 545 (2021).

  19. Musiał-Wysocka, A., Kot, M., & Majka, M. (2019). The Pros and Cons of Mesenchymal Stem Cell-Based Therapies. Cell transplantation, 28(7), 801–812.

  20. Aravindhan, S., Ejam, S.S., Lafta, M.H. et al. Mesenchymal stem cells and cancer therapy: insights into targeting the tumour vasculature. Cancer Cell Int 21, 158 (2021).

  21. Liang, W., Chen, X., Zhang, S. et al. Mesenchymal stem cells as a double-edged sword in tumor growth: focusing on MSC-derived cytokines. Cell Mol Biol Lett 26, 3 (2021).

  22. Blum, Barak, and Nissim Benvenisty. The tumorigenicity of human embryonic stem cells. Advances in cancer research vol. 100 (2008): 133-58.

More sources
swiss medica photo
Dr. Nina Auteur

MD, Physician in General Medicine, Gastroenterology, Rheumatology, Pulmonology, Cardiology. Regenerative specialist

Medical Advisor, Swiss Medica doctor

Ça peut vous intéresser

Article
Vidéo

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it