facebook

Sécurité de la thérapie cellulaire

Dans le monde d’aujourd’hui, on assiste à des questions relatives à la sécurité de la thérapie cellulaire. De nombreuses personnes se demandent vainement si ce traitement ne présente pas de dangers. Toutefois, avant qu’une réponse définitive puisse être donnée sur la sécurité de la thérapie cellulaire, il faut comprendre ce que cette sécurité implique.

S’agissant de thérapie cellulaire, le risque de cancer est l’une des préoccupations de sécurité les plus courantes chez les patients et les médecins. Pour avoir une vision plus approfondie, il est nécessaire d’écarter toutes les spéculations des journalistes, des médecins et des patients. Il faut plutôt se concentrer sur les preuves scientifiques qui font autorité. 

Avant de commencer à analyser les faits scientifiques, définissons tout d’abord le terme “thérapie cellulaire”. Il s’agit d’une variété de produits cellulaires dans leur forme pure, ainsi que de structures d’ingénierie tissulaire et de techniques chirurgicales, utilisés pour promouvoir la régénération grâce à la capacité des cellules du corps.

Cet article est destiné à ceux qui se demandent si les cellules souches ne présentent pas de dangers. Il abordera également leur origine ainsi que la sécurité et les effets secondaires de la thérapie cellulaire. 

Quelles sont les cellules souches ?

Les cellules souches sont les cellules fondatrices de l’organisme qui donnent naissance à toutes les autres cellules. Elles sont ainsi utilisées pour réparer des parties du corps qui seraient autrement irréparables.

Prenons l’exemple des cellules stromales mésenchymateuses multipotentes (CSM ou CSMM). C’est un type de cellules souches adultes capables de se différencier dans plusieurs directions. Il s’agit notamment de la différenciation adipo-, ostéo-, chondro-, neuro-, myogénique, et autres. C’est-à-dire des cellules de graisse, d’os, de cartilage, de nerf et de tissu, respectivement. Cela démontre le potentiel des cellules souches pour traiter de nombreux types de maladies.

Obtenez une consultation gratuite en ligne 

Contactez-nous pour savoir si la thérapie cellulaire est efficace pour vous, quels sont les résultats attendus, quel est le coût et la durée de la thérapie.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


D’où viennent les cellules souches ?

Le type de cellules le plus fréquemment utilisé en thérapie cellulaire sont les cellules stromales mésenchymateuses multipotentes (CSMM). Ces cellules sont présentes dans chaque organe et tissu en permettant de réguler le processus de régénération. Les MMSC peuvent être facilement isolés à partir de plusieurs sources disponibles dans le corps humain. Celles-ci comprennent la moelle osseuse, le tissu adipeux, la muqueuse buccale, le cordon ombilical, le cœur, les muscles, et autres.

Les tissus du patient, tels que la moelle osseuse et le tissu adipeux, sont principalement utilisés pour obtenir des CSM, car elles contiennent la plus forte concentration de cellules souhaitées. Lorsqu’elles sont utilisées pour traiter le même patient, ces produits cellulaires sont appelés cellules souches “autologues”.

S’il s’avère impossible d’obtenir le biomatériau du patient (contre-indications au prélèvement, quantité insuffisante de cellules dans le biomatériau du patient ou manque de temps pour préparer le produit à base de cellules en cas d’affections aiguës), des produits cellulaires dérivés de tissus de donneurs peuvent être utilisés. Ces produits à base de cellules sont dits allogéniques. Les cellules souches données sont prélevées dans le sang du cordon ombilical, la gelée de Warthon et le placenta, reçus après une naissance saine.

Il est mis en évidence que les propriétés des cellules souches prélevées dans différents tissus sont pratiquement identiques, quelle que soit la source. Toutefois, les sources principales et les plus étudiées de CSM chez un adulte sont la moelle osseuse, le tissu adipeux, le cordon ombilical et le placenta.

Les cellules souches peuvent également être dérivées de tissus non adultes. Elles peuvent être prélevées dans du tissu fœtal (cellules souches fœtales), ainsi que dans du tissu embryonnaire (cellules souches embryonnaires). Ce dernier cas est toutefois associé à des préoccupations éthiques. Certains peuvent se demander si la thérapie par cellules souches est plus efficace avec les CSM qu’avec les cellules embryonnaires. Si c’est le cas, il n y’aura pas de besoin de franchir la question éthique.

Quel rôle jouent les cellules souches dans la thérapie ?

L’effet thérapeutique des CSM se trouve dans la régulation paracrine et l’influence directe sur les cellules environnantes. Les CSM sécrètent une quantité importante de cytokines, de chimiokines et de molécules d’adhésion. Ces sécrétions régulent des voies de signalisation moléculaire en les activant et/ou en les bloquant. Grâce à des signaux paracrines, en particulier, les CSM potentialisent la survie et la prolifération des cellules endogènes. Elles inhibent également l’apoptose et activent la différenciation des cellules progénitrices résidentes. Cela conduit finalement à l’amélioration de la fonction du tissu endommagé.

Il a été établi que les CSM sont capables d’influencer les processus inflammatoires et de stimuler l’angiogenèse. Un grand nombre de cytokines, produites par les CSM, bloquent les signaux d’inflammation qui se produisent lors de certains troubles, y compris les processus responsables de certaines maladies auto-immunes.

Toutes ces propriétés des cellules souches sont utilisées avec succès pour traiter un certain nombre de problèmes de santé, notamment les maladies neurodégénératives, les maladies pulmonaires et cardiaques, les troubles du système digestif, les lésions de l’appareil locomoteur, etc.

La thérapie à base de cellules souches est-elle sûre ?

Les questions les plus fréquemment posées sur la thérapie cellulaire sont les suivantes : les cellules souches et les traitements à leur base sont-ils sûrs ? Des publications évaluées par des pairs fournissent des preuves que les CSM cultivés sont vulnérables à une transformation maligne et peuvent déclencher la tumorigenèse. Cependant, si vous examinez de plus près toutes les expériences fournies, vous remarquerez une particularité. Ces expériences ont été menées soit sur des cellules animales (souris, rats), soit sur des cellules humaines génétiquement modifiées à l’aide de substances favorisant la croissance.

Le fait est que le processus d’obtention d’une dose thérapeutique d’un produit cellulaire prend beaucoup de temps. Ce délai dépend des spécificités individuelles de l’organisme du patient. Il peut s’agir de ses antécédents médicaux, de ses mauvaises habitudes de santé ainsi que de divers autres facteurs. Il faut compter généralement au moins 3 semaines. 

C’est pourquoi de nombreux chercheurs et formulateurs tentent de réduire la durée nécessaire pour obtenir la dose thérapeutique de CMS. Pour ce faire, ils utilisent de nombreux stimulants de la prolifération qui accélèrent la division cellulaire mais qui peuvent également entraîner des modifications des propriétés de la cellule, y compris la capacité de transformation maligne. Une revue reconnue a publié plusieurs articles dans lesquels de nombreux chercheurs signalent l’apparition d’une onco-transformation spontanée pendant la culture à long terme des CSM. Cependant, ces articles ont été retirés par la suite et des notes explicatives ont été ajoutées, indiquant que les chercheurs avaient accidentellement contaminé les cultures de CSM, avec des lignées de cellules tumorales.

Alors, la thérapie par cellules souches est-elle sûre ? Il n’existe aucune preuve scientifique sur la capacité des cellules souches mésenchymateuses à se transformer spontanément lorsqu’on utilise un milieu de culture et des sérums spécifiquement conçus pour les CSM (contrairement aux cellules fœtales ou embryonnaires, qui peuvent présenter une croissance anormale). Avec un contrôle qualité approprié, il n’y a aucune raison d’être convaincu que l’utilisation thérapeutique des cellules souches peut en être à l’origine.

La répartition géographique des études cliniques sur les produits cellulaires à base de CSM en février 2019.

La sécurité des CMS se reflète surtout dans le nombre total d’études cliniques y relatives. Le principal objectif de tout essai clinique, en particulier s’il est mené pour des produits à base de cellules, est l’évaluation de la sécurité. Ces essais posent essentiellement la question suivante : Les recherches portant sur les cellules souches sont-elles crédibles ? Selon le site ClinicalTrials.gov, 9144 études ont été enregistrées en juin 2022. La répartition géographique desdites études cliniques est disponible dans la figure ci-dessus.

L’organisme peut-il rejeter les cellules souches ?

Dans le passé, les CSM étaient considérées comme des cellules entièrement immunisées. Étant dit cela, elles ne portent pas de molécules du complexe d’histocompatibilité de classe I à leur surface. Cependant, au fil du temps, on les a plutôt qualifiées d’immuno-évasives. Elles s’avèrent donc qu’elles ont une très faible immunogénicité. C’est le résultat de certaines nouvelles études décrivant des anticorps contre ces cellules souches. 

Dans ces conditions, les cellules souches peuvent-elles être utilisées en toute sécurité à des fins thérapeutiques, même si le risque de rejet est minime ? Il n’y a pas encore de différence prouvée quant à leur efficacité, même lorsque des anticorps sont formés. Bien qu’il soit possible que les cellules souches soient rarement rejetées, aucune preuve ne détermine si le rejet affecte leur effet. Il a également été démontré que les cellules souches embryonnaires humaines sont incapables d’induire une réponse immunitaire. En outre, les cellules souches mésenchymateuses sont utilisées pour réguler les réponses immunitaires anti-donneurs chez les receveurs de greffes.

Essentiellement, les cellules souches peuvent être considérées comme pratiquement méconnaissables par le système immunitaire. 

Quels sont les effets négatifs de la thérapie cellulaire ?

Comme toute procédure médicale, le traitement à base de cellules n’est pas sans inconvénients. Ceux qui se demandent si la thérapie cellulaire est efficace seront heureux d’apprendre que c’est le cas. Toutefois, il est important d’être conscient des inconvénients du traitement avant de s’y lancer.

Tout d’abord, il convient de choisir une clinique de cellules souches après avoir fait preuve de diligence raisonnable. Il faut garder à l’esprit que les cellules souches ne sont pas une panacée. Étant donné que chaque patient est différent d’un autre, ce traitement peut convenir mieux aux uns qu’aux autres.

  • La thérapie cellulaire a tendance à être coûteuse. Ce n’est pas surprenant, car elle fait appel à la science de pointe à des fins thérapeutiques. Dans de nombreux cas, elle offre une option de traitement pour des pathologies considérées comme incurables. Par exemple, elle peut servir pour traiter l’autisme, la sclérose en plaques ou les lésions de la moelle épinière.
  • Infections au site d’administration des cellules souches. Il s’agit d’un effet qui peut se produire très rarement. Pour ceux qui se demandent si l’injection de cellules souches est sûre, les risques sont minimes. Lorsqu’elle est effectuée par une équipe professionnelle, il est peu probable que cela se produise.
  • Depuis la popularisation de la thérapie cellulaire, des inquiétudes ont été exprimées quant à son éthique. La raison en était que la plupart des gens pensaient que le traitement à base de cellules utilisait exclusivement des cellules souches embryonnaires provenant de bébés avortés. Toutefois, de nos jours, les centres réputés optent pour des CSM provenant de tissus adultes – les cellules souches du patient lui-même ou celles provenant de dons de cordons ombilicaux et de placentas.

Effets indésirables possibles du traitement par cellules souches

Les effets indésirables les plus courants et les facteurs qui peuvent influer sur leur apparition et leur intensité sont énumérés dans le tableau ci-dessous.

Événements indésirablesFacteurs influençant les principaux événements indésirables
– Fièvre passagère
– Maux de tête
– Vertiges
– Urticaire
– Constipation
– Fatigue
– Voie d’administration
– Âge
– Sexe
– Type de cellule
– Localisation
– Maladie

Dans la plupart des cas, nous n’observons aucun effet indésirable chez les patients recevant des médicaments à base de cellules souches mésenchymateuses à la Clinique, à part une fièvre de courte durée qui peut survenir (moins de 5% des traitements).

Conseils aux personnes envisageant une thérapie cellulaire

Pour les personnes qui envisagent des procédures médicales basées sur l’introduction de cellules souches, ils doivent se renseigner sur leur potentiel et leurs résultats probables. L’efficacité de la thérapie par cellules souches est remise en question. Ce type de traitement peut améliorer considérablement les symptômes d’affections qui sont autrement très difficiles à traiter. Toutefois, ceux qui l’envisagent doivent savoir que les cellules souches peuvent ne pas produire le même effet chez tous les patients. Certains patients ne remarquent qu’une très faible amélioration, voire aucune, tandis que d’autres s’améliorent considérablement. L’efficacité de la thérapie cellulaire diffère donc selon chaque patient et son état de santé. Le fait est que cette méthode constitue un moyen sûr et “naturel” de traiter les maladies, tout en n’ayant pratiquement aucun effet secondaire.

Si une personne décide de suivre une thérapie par cellules souches, elle doit s’assurer de choisir un centre réputé. Parfois, les gens demandent si les traitements par cellules souches sont sûrs, en mentionnant les effets indésirables qu’ils ont pu entendre de manière anecdotique. Cependant, de nombreux effets secondaires peuvent être évités lorsqu’ils sont traités par des professionnels de la santé bien formés. Ces centres sont également plus susceptibles de combiner d’autres thérapies en vue d’obtenir un effet optimal.

Contactez-nous

Obtenez une consultation gratuite en ligne pour savoir si la thérapie cellulaire est adaptée à votre situation, quels sont les résultats attendus, quel est le coût et la durée de la thérapie.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Liste des références:

  1. Pandey A.C., Semon J.A., Kaushal D. et al. MicroRNA profiling reveals age-dependent differential expression of nuclear factor κB and mitogen-activated protein kinase in adipose and bone marrow-derived human mesenchymal stem cells. Stem Cell Research & Therapy. 2011; 2(6): 49.

  2. Prockop D.J. Repair of tissues by adult stem/progenitor cells (MSCs): controversies, myths, and changing paradigms. Molecular Therapy. 2009; 17(6): 939-46.

  3. Ortiz L.A., Dutreil M., Fattman C. et al. Interleukin 1 receptor antagonist mediates the antiinflammatory and antifibrotic effect of mesenchymal stem cells during lung injury. PNAS. 2007; 104(26): 11002-7.

  4. Hung S.C., Pochampally R.R., Chen S.C. et al. Angiogenic effects of human multipotent stromal cell conditioned medium activate the PI3K-Akt pathway in hypoxic endothelial cells to inhibit apoptosis, increase survival, and stimulate angiogenesis. Stem Cells. 2007; 25(9): 2363-70.

  5. Biehl J.K., Russell B. Introduction to stem cell therapy. The Journal of Cardiovascular Nursing. 2009; 24(2): 98-103.

  6. Prockop D.J. “Stemness” does not explain the repair of many tissues by mesenchymal stem/multipotent stromal cells (MSCs). Clinical Pharmacology and Therapeutics. 2007; 82(3): 241-3.

  7. Shyu K.G., Wang B.W., Hung H.F. et al. Mesenchymal stem cells are superior to angiogenic growth factor genes for improving myocardial performance in the mouse model of acute myocardial infarction. Journal of Biomedical Science. 2006; 13(1): 47-58.

  8. Da Silva J.S., Hare J.M. Cell-based therapies for myocardial repair: emerging role for bone marrow-derived mesenchymal stem cells (MSCs) in the treatment of the chronically injured heart. Methods in Molecular Biology. 2013; 1037: 145-63.

  9. Bujak M., Frangogiannis N.G. The role of IL-1 in the pathogenesis of heart disease. Archivum Immunologiae et Therapiae Experimentalis (Warsz). 2009; 57(3): 165-76.

  10. Van Tassell B.W., Arena R.A., Toldo S. et al. Enhanced interleukin-1 activity contributes to exercise intolerance in patients with systolic heart failure. PLoS One. 2012; 7(3): e33438.

  11. De Miguel M.P., Fuentes-Julian S., Blazquez-Martinez A. et al. Immunosuppressive properties of mesenchymal stem cells: advances and applications. Current Molecular Medicine. 2012; 12(5): 574-91.

  12. De Bari C., Dell’Accio F., Tylzanowski P., Luyten F. P. Multipotent mesenchymal stem cells from adult human synovial membrane. Arthritis and Rheumatism. 2001; 44(8): 1928-42.

  13. Erices A., Conget P., Minguell J. J. Mesenchymal progenitor cells in human umbilical cord blood. British Journal of Haematology. 2000; 109(1): 235-42.

  14. Hoogduijn M.J., Crop M.J., Peeters A.M. et al. Human heart, spleen, and perirenal fat-derived mesenchymal stem cells have immunomodulatory capacities. Stem Cells and Development. 2007; 16(4): 597-604.

  15. In’t Anker P.S., Scherjon S.A., Kleijburg-van der Keur C. et al. Amniotic fluid as a novel source of mesenchymal stem cells for therapeutic transplantation. Blood. 2003; 102(4): 1548-9.

  16. Kadiyala S., Young R.G., Thiede M.A., Bruder S.P. Culture expanded canine mesenchymal stem cells possess osteochondrogenic potential in vivo and in vitro. Cell Transplantation. 1997; 6(2): 125-34.

  17. Zuk P.A., Zhu M., Ashjian P. et al. Human adipose tissue is a source of multipotent stem cells. Molecular Biology of the Cell. 2002; 13(12): 4279-95.

  18. Serakinci N, Guldberg P, Burns JS, Abdallah B, Schrødder H, Jensen T, Kassem M. Adult human mesenchymal stem cell as a target for neoplastic transformation. Oncogene. 2004 Jun 24;23(29):5095-8. DOI: 10.1038/sj.onc.1207651.

  19. Houghton J, Stoicov C, Nomura S, Rogers AB, Carlson J, Li H, Cai X, Fox JG, Goldenring JR, Wang TC. Gastric cancer originating from bone marrow-derived cells. Science. 2004 Nov 26;306(5701):1568-71. DOI: 10.1126/science.1099513.

  20. De la Fuente, Bernad A, Garcia-Castro J, Martin MC, Cigudosa JC. Retraction: Spontaneous human adult stem cell transformation. Cancer Res. 2010 Aug 15;70(16):6682. doi: 10.1158/0008-5472.CAN-10-2451.

  21. Torsvik A, Røsland GV, Svendsen A, Molven A, Immervoll H, McCormack E, Lønning PE, Primon M, Sobala E, Tonn JC, Goldbrunner R, Schichor C, Mysliwietz J, Lah TT, Motaln H, Knappskog S, Bjerkvig R. Spontaneous malignant transformation of human mesenchymal stem cells reflects cross-contamination: putting the research field on track – letter. Cancer Res. 2010 Aug 1;70(15):6393-6. doi: 10.1158/0008-5472.CAN-10-1305.

  22. Truong TH, Moorjani R, Dewey D, Guilcher GM, Prokopishyn NL, Lewis VA. Adverse reactions during stem cell infusion in children treated with autologous and allogeneic stem cell transplantation. Bone Marrow Transplant. 2016 May;51(5):680-6. doi: 10.1038/bmt.2015.331.

  23. Zhang J, Huang X, Wang H, Liu X, Zhang T, Wang Y, Hu D. The challenges and promises of allogeneic mesenchymal stem cells for use as a cell-based therapy. Stem Cell Res Ther. 2015 Dec 1;6:234. doi: 10.1186/s13287-015-0240-9.

  24. Ankrum, J., Ong, J. & Karp, J. Mesenchymal stem cells: immune evasive, not immune privileged. Nat Biotechnol 32, 252–260 (2014). https://doi.org/10.1038/nbt.2816

  25. Li L, Baroja ML, Majumdar A, Chadwick K, Rouleau A, Gallacher L, Ferber I, Lebkowski J, Martin T, Madrenas J, Bhatia M. Human embryonic stem cells possess immune-privileged properties. Stem Cells. 2004;22(4):448-56. doi: 10.1634/stemcells.22-4-448.

More sources

Ça peut vous intéresser

Article
Vidéo

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it