facebook

Traitement de la SLA avec des Cellules Souches

Qu’est-ce que la SLA dans le contexte de la thérapie par cellules souches ?

La sclérose latérale amyotrophique, ou SLA, est une maladie neurodégénérative progressive qui affecte les neurones de la moelle épinière et du système nerveux central. Elle détruit lentement les neurones moteurs, ce qui entraîne la perte des mouvements musculaires volontaires, comme marcher et manger. Les patients atteints de la SLA dépendent d’un fauteuil roulant et d’auxiliaires de vie pour répondre à leurs besoins quotidiens.

Dans le monde, une personne sur 50 000 est victime de la SLA. Environ 5 760 à 6 400 nouveaux cas sont diagnostiqués et répertoriés chaque année. De plus, 5 décès sur 100 000 sont dus à la SLA.

La SLA est une maladie progressive, ce qui signifie que les symptômes s’aggravent avec le temps, et qu’elle n’est pas curable. La durée de survie pour cette maladie est de quelques années, mais dans de rares cas, les malades peuvent vivre jusqu’à dix ans, voire plus. Les traitements ne peuvent que ralentir la progression de la maladie. La thérapie par cellules souches est un nouveau moyen de soigner les patients atteints de SLA, qui permet de réduire les symptômes et d’améliorer la conduction neuromusculaire, d’augmenter la qualité globale de la vie et même de la prolonger. Dans cet article, vous en apprendrez plus sur l’efficacité et la sécurité de la thérapie par cellules souches de la SLA pour le traitement des patients atteints de cette maladie.

Contactez-nous

Pour discuter de votre état de santé avec un spécialiste de la médecine régénérative, contactez notre conseiller médical ou laissez vos coordonnées pour être rappelé. C’est gratuit et confidentiel.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Qu’est-ce que la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ?

La sclérose latérale amyotrophique est une maladie progressive sévère et rare du système nerveux. Malgré plus d’un siècle d’études, les causes de l’évolution de la SLA restent incertaines. Cette maladie se caractérise par la dégénérescence des neurones moteurs, qui sont situés dans la moelle épinière et le cerveau, entraînant une perte de motricité des muscles et la paralysie musculaire motrice dans les stades avancés de la maladie. En conséquence, les patients sont incapables de marcher, de parler, de mâcher et voire de respirer correctement.

Les mécanismes sous-jacents à la neurodégénérescence dans la SLA sont multifactoriels et passent par des mécanismes moléculaires et génétiques interdépendants. Plus précisément, cette neurodégénérescence pourrait résulter d’une interaction complexe entre l’excitotoxicité du glutamate, la génération de radicaux libres, des agrégats de protéines cytoplasmiques, les enzymes SOD1, combinés à un dysfonctionnement mitochondrial et à une perturbation des processus de transport axonal par l‘accumulation d’agrégats intracellulaires de neurofilaments.

Les mutations de TARDBP et de FUS entraînent la formation d’agrégats intracellulaires, qui sont nocifs pour les neurones. L’activation de la microglie entraîne la sécrétion de cytokines pro-inflammatoires, entraînant une toxicité accrue. En définitive, la dégénérescence des motoneurones se produit par l’activation de voies enzymatiques calcium-dépendantes.

Signes et symptômes

L’origine de la maladie réside dans le développement d’une faiblesse musculaire qui provoque la SLA accompagnée d’une atrophie générale des muscles. Les premiers signes de la maladie sont très subtils et difficiles à identifier, même par le patient. Cependant, ils augmentent progressivement et s’aggravent avec le temps. Les signes ou symptômes les plus courants sont les suivants :

  • Contractions musculaires ;
  • Crampes musculaires ;
  • Faiblesse musculaire affectant une partie du corps ;
  • Troubles de l’élocution ou difficulté à parler ;
  • Difficulté à mâcher ou à avaler ;
  • Problèmes respiratoires ;
  • Perte de poids rapide et perte d’appétit.

Le pronostic est extrêmement défavorable et, jusqu’à récemment, les traitements étaient symptomatiques et ne pouvaient que retarder une issue fatale. La plupart des patients atteints de SLA décèdent dans les trois à cinq ans suivant l’apparition des premiers symptômes. Grâce à la recherche sur les cellules souches de la SLA, la thérapie cellulaire offre l’espoir de soulager les symptômes de la maladie, d’améliorer la qualité de vie et d’augmenter l’espérance de vie des malades.

Qu’est-ce que la thérapie par cellules souches ?

Les cellules souches sont les matières brutes de l’organisme qui se transforment en cellules filles qui créent à leur tour d’autres cellules souches ayant une fonction spécifique, telles que les neurones, les cellules sanguines, osseuses et musculaires, les cellules du muscle cardiaque, etc.

La thérapie par les cellules souches est un traitement médical régénérateur qui vise à réparer les cellules endommagées de l’organisme, tout en réduisant l’inflammation et en améliorant la réponse du système immunitaire.

La thérapie par cellules souches est utilisée pour traiter de nombreuses maladies auto-immunes, inflammatoires et neurologiques, telles que la maladie de Crohn, l’arthrite, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques ou encore la SLA, pour n’en citer que quelques-unes. Le traitement de la SLA par les cellules souches nécessite de fréquentes transplantations de cellules afin d’observer les effets positifs de la thérapie. Il fournit suffisamment de cellules saines pour permettre à l’organisme de se soigner temporairement. Cette stratégie de traitement permet de ralentir la progression de la maladie, mais ne la guérit pas.

Processus cellulaires et moléculaires médiateurs de la neurodégénérescence dans la SLA.

Comment les cellules souches peuvent aider les patients atteints de SLA

La thérapie par cellules souches de la SLA apparaît comme un nouveau programme de traitement visant à réduire la propagation de la neurodégénérescence dans l’organisme, à régénérer les neurones déjà affectés et à protéger ceux qui sont encore sains. Dans de nombreuses recherches sur la SLA et la thérapie à base de cellules souches, différents types de cellules souches ont montré qu’elles pouvaient ralentir la progression de la maladie. En particulier, les cellules souches mésenchymateuses adultes (CSM) qui font l’objet d’essais pour observer comment elles interagissent avec les cellules des patients atteints de SLA.

Une étude a été réalisée afin d’évaluer la tolérance de la greffe de cellules souches chez les patients atteints de SLA. Les chercheurs ont isolé des CSM de la moelle osseuse du patient. Les cellules extraites ont été mises en suspension dans 2 ml de liquide céphalorachidien (également prélevé sur les patients) afin que les cellules imitent les fonctions des cellules cérébrales. Les cellules ainsi améliorées ont ensuite été transplantées dans la moelle épinière. Aucune réaction indésirable n’a été observée, bien que certains patients aient souffert d’effets secondaires légers, tels que des douleurs dans les côtes, la poitrine et l’abdomen et des sensations anormales de brûlure et de picotement dans les jambes. Grâce à cette thérapie, les CSM améliorent la connexion neuromusculaire et permettent une récupération partielle des fonctions motrices.

L’essai sur les cellules souches pour la SLA a été mené pour la première fois en Corée du Sud en 2015. De nouvelles recherches sur les cellules souches pour la SLA montrent des résultats prometteurs de l’utilisation de la greffe de CSM dans le traitement de la SLA par des cellules souches. Il a été constaté que ces cellules peuvent créer un microenvironnement favorable qui génère un milieu neuro-protecteur à la surface des neurones, ralentissant ainsi le processus de dégénérescence. Les substances neurotrophiques protègent les motoneurones contre les dommages, contribuant ainsi à leur développement et à l’amélioration de l’interaction neuromusculaire.

La thérapie par cellules souches de la SLA ouvre des possibilités entièrement nouvelles dans le traitement de la maladie, permettant une amélioration significative de l’activité motrice du patient. Les mouvements des membres augmentent, la tension musculaire diminue, les réflexes se normalisent et la tolérance au stress quotidien est améliorée, de même que la déglutition et la prononciation des mots. En outre, l’état de santé général, y compris l’état mental et émotionnel, est considérablement amélioré.

Résultats du traitement de la SLA par des cellules souches pour les patients

Voici quelques patients qui témoignent de leurs résultats après un traitement à base de cellules souches à la Clinique :

Cosimo M., le patient d’Italie

Le traitement de la SLA de Cosimo a commencé en novembre 2021. Il était incapable de marcher et d’utiliser ses bras. Il avait également des difficultés à positionner ses pieds et à maintenir sa posture. Cosimo a d’abord ressenti les symptômes dans ses jambes en boitant. Il a associé cela à une fatigue musculaire due à des activités sportives prolongées. Il a récemment bénéficié d’une thérapie par cellules souches, qui a amélioré ses symptômes pendant 2 à 3 mois. Le programme de traitement ne l’a pas complètement guéri, mais un gain en force des muscles de ses jambes pour supporter son poids sans aucune assistance est attendu.

Marine P., la patiente des États-Unis

Marine s’est vu prescrire des médicaments pour atténuer les symptômes, mais elle voulait quelque chose qui améliorerait sa santé à long terme. Elle s’est renseignée sur la SLA et la thérapie par cellules souches et a commencé son traitement à la Clinique Swiss Medica. Elle a suivi cinq types différents d’essais de cellules souches pour la SLA, y compris le traitement par les CSM. Après le traitement, les muscles de son visage se sont considérablement améliorés. Aujourd’hui, elle est capable de parler et d’avaler plus confortablement.

Programme de traitement des cellules souches de la SLA à la clinique Swiss Medica : la procédure

La thérapie par cellules souches pour la SLA donne de l’espoir et des résultats concrets. La clinique Swiss Medica propose une thérapie à base de cellules souches mésenchymateuses adultes pour traiter différents symptômes de la maladie. Dans cette procédure thérapeutique, les cellules souches sont prélevées dans le sang, la moelle osseuse ou une autre source, puis cultivées et stockées dans un environnement contrôlé. Une fois les cellules préparées pour la thérapie, elles sont administrées au patient par perfusion intraveineuse standard, ce qui ne prend que quelques heures.

Ces millions de cellules souches administrées se répandent lentement dans le corps et atteignent le site de la lésion pour réparer les neurones dégénérés. Si le patient poursuit le traitement à long terme, la plupart des muscles atrophiés retrouveront leur force avec l’aide de la kinésithérapie et de l’ergothérapie. En général, les patients commencent à observer une amélioration de leurs symptômes (et même une régression de ceux-ci) dans les 2 à 3 mois qui suivent la première dose.

Malgré leurs propriétés curatives, les cellules souches ne constituent pas une garantie de guérison. L’efficacité de la thérapie dépend de multiples facteurs : état initial, durée de la maladie, âge du patient, prédisposition héréditaire, mode de vie, etc. En outre, l’application de cellules souches seules dans certains cas peut s’avérer insuffisante. La thérapie cellulaire est plus efficace lorsqu’elle est associée à d’autres méthodes thérapeutiques qui contribuent à activer le processus de réparation des tissus.

Les avantages de notre système de traitement

Les avantages d’un traitement par cellules souches à la clinique Swiss Medica incluent :

  1. Faible risque d’effets secondaires et absence de rejet lors de la greffe de cellules souches pour la SLA (qu’elles soient prélevées sur le corps du patient ou issues d’un don).
  2. Administration sans douleur et sans anesthésie générale.
  3. Une procédure rapide et facile qui ne dure que quelques heures.
  4. Pas de complications oncologiques, car les traitements sont basés sur des cellules souches adultes et non sur des cellules souches embryonnaires ou fœtales.
  5. Une solution de traitement est disponible aussi bien avec les propres cellules du patient qu’avec les cellules d’un donneur.
  6. Des thérapies et des services supplémentaires sont disponibles pour renforcer l’effet du traitement cellulaire afin que celui-ci se déroule dans les conditions les plus confortables pour le patient et ses proches.
  7. Assistance médicale 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et consultations médicales après la sortie de la clinique.

Coût de la thérapie par cellules souches pour la SLA

Dans le monde entier, les cliniques de cellules souches proposent des thérapies cellulaires pour la SLA pour environ 15 000 à 50 000 dollars. Le coût final dépend de l’état de santé du patient, du nombre de procédures, du type et de la quantité de cellules, des thérapies complémentaires et des autres options du programme de traitement, ainsi que des services supplémentaires pendant votre séjour dans le centre médical. Pour en savoir plus sur le montant des frais pour votre cas personnel, veuillez contacter notre conseiller médical en lui communiquant les détails de l’historique de la maladie.

Comment intégrer le programme de traitement

Si vous en êtes arrivé à la question “où puis-je obtenir un traitement à base de cellules souches pour la SLA ?”, il vous sera sans doute utile de savoir que nous avons élaboré un programme de traitement spécial pour cette maladie. Vous pouvez vous familiariser avec le programme de traitement lors d’une consultation en ligne avec les spécialistes de la clinique et, après avoir pesé le pour et le contre, suivre le traitement si votre cas le permet.

Pour participer au programme de traitement par cellules souches de la Clinique Swiss Medica, veuillez suivre les étapes suivantes :

  1. Contactez la clinique Swiss Medica pour une première consultation. Le médecin évaluera votre cas en fonction de vos compte-rendus et de vos examens médicaux antérieurs.
  2. Le service médical évaluera votre état de santé afin de vérifier si vous pouvez bénéficier ou non d’une thérapie par cellules souches.
  3. Le médecin vous proposera un programme de traitement personnalisé et en discutera avec vous.
  4. Vous bénéficierez des services d’un interprète, d’une assistance pour l’obtention d’un visa, d’un chauffeur, etc.

Contactez-nous

Obtenez une consultation en ligne gratuite et confidentielle avec notre conseiller médical pour discuter de votre état de santé et en savoir plus sur les résultats attendus de la thérapie par cellules souches, le coût et la durée de la thérapie, et ce que le plan de traitement peut inclure.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Le centre Swiss Medica ХХI Century exerce ses activités depuis 20 ans, et la réussite de notre expérience clinique a fait de chacun des membres de notre équipe un expert dans le traitement de nombreux problèmes de santé et la régénération de l’organisme. En outre, nos spécialistes préviennent et soignent un grand nombre de maladies graves liées à l’âge et aux maladies chroniques. Travaillant avec des technologies modernes, nous améliorons constamment nos connaissances et développons des compétences et des approches dans le domaine de la médecine régénérative.

Liste des références:

  1. Guo, W., Vandoorne, T., Steyaert, J., Staats, K. A., & Van Den Bosch, L. (2020). The multifaceted role of kinases in amyotrophic lateral sclerosis: genetic, pathological and therapeutic implications. Brain : a journal of neurology, 143(6), 1651–1673.

  2. Tedeschi, V., Petrozziello, T., & Secondo, A. (2019). Calcium Dyshomeostasis and Lysosomal Ca2+ Dysfunction in Amyotrophic Lateral Sclerosis. Cells, 8(10), 1216.

  3. L. Van Den Bosch, P. Van Damme, E. Bogaert, W. Robberecht. The role of excitotoxicity in the pathogenesis of amyotrophic lateral sclerosis. Biochimica et Biophysica Acta (BBA) – Molecular Basis of Disease, Volume 1762, Issues 11–12, 2006, pages 1068-1082, ISSN 0925-4439.

  4. Tafuri, F., Ronchi, D., Magri, F., Comi, G. P., & Corti, S. (2015). SOD1 misplacing and mitochondrial dysfunction in amyotrophic lateral sclerosis pathogenesis. Frontiers in cellular neuroscience, 9, 336.

  5. Didonna, A., Opal, P. The role of neurofilament aggregation in neurodegeneration: lessons from rare inherited neurological disorders. Mol Neurodegeneration 14, 19 (2019).

  6. Aljabri Ammar, Halawani Alhussain, Bin Lajdam Ghassan, Labban Suhail, Alshehri Samah, Felemban Razaz. The Safety and Efficacy of Stem Cell Therapy as an Emerging Therapy for ALS: A Systematic Review of Controlled Clinical Trials. Frontiers in Neurology, 12, 2021.

  7. Ullah, I., Subbarao, R. B., & Rho, G. J. (2015). Human mesenchymal stem cells – current trends and future prospective. Bioscience reports, 35(2), e00191.

  8. Mazzini L, Fagioli F, Boccaletti R, et al. Stem cell therapy in amyotrophic lateral sclerosis: a methodological approach in humans. Amyotroph Lateral Scler Other Motor Neuron Disord. 2003;4(3):158-161.

  9. Goutman, S. A., Savelieff, M. G., Sakowski, S. A., & Feldman, E. L. (2019). Stem cell treatments for amyotrophic lateral sclerosis: a critical overview of early phase trials. Expert opinion on investigational drugs, 28(6), 525–543.

More sources

Medical Advisor, Swiss Medica doctor

Ça peut vous intéresser

Article
Vidéo

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it