facebook

Traitement par cellules souches de la maladie de Lyme

Qu’est-ce que la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est la maladie transmise par les tiques la plus courante en Europe et en Amérique du Nord. Il s’agit d’un trouble multisystémique transmis par une morsure de tique contenant l’agent infectieux (plusieurs types de bactéries connues collectivement sous le nom de Borrelia). Au départ, la maladie se présente sous la forme d’une éruption cutanée identifiable qui peut disparaître après une courte période, même sans traitement. Cependant, l’agent infectieux continue de circuler dans l’organisme, affectant les organes vitaux. Par conséquent, la maladie représente une menace potentielle pour la vie.

La tique à pattes noires (Ixodes scapularis), également connue sous le nom de tique du cerf ; elle transmet des spirochètes, des bactéries en spirale du genre Borrelia, qui provoquent la maladie de Lyme (borréliose).
 La tique à pattes noires (Ixodes scapularis), également connue sous le nom de tique du cerf ; elle transmet des spirochètes, des bactéries en spirale du genre Borrelia, qui provoquent la maladie de Lyme (borréliose).

Symptômes et stades de la maladie de Lyme

Stade 1

La maladie de Lyme commence généralement par une éruption érythémateuse, qui débute 1 à 2 semaines après la morsure de la tique, et peut affecter plusieurs systèmes et organes, en particulier le cœur, les articulations, les yeux et la peau.

Stade 2

Cependant, les éruptions cutanées, qui sont courantes au stade 1, n’apparaissent pas chez beaucoup de personnes. Lorsque les bactéries se propagent dans l’organisme, les symptômes suivants peuvent être observés le plus fréquemment, ce qui indique le stade 2, c’est-à-dire la maladie de Lyme disséminée à un stade précoce :

  • Frissons et fièvre ;
  • Fatigue ;
  • Maux de tête et courbatures ;
  • Maux de gorge ;
  • Ganglions lymphatiques dilatés ;
  • Changements de vision ;
  • Signes neurologiques (paralysie de Bell, picotements, engourdissements, douleurs nerveuses et douleurs lancinantes, vertiges, essoufflements).

Stade 3

La maladie de Lyme à dissémination tardive survient lorsque l’infection n’a pas été traitée efficacement aux stades 1 et 2. Le stade 3 peut survenir des semaines, des mois ou des années après la piqûre de la tique. Elle se caractérise par des problèmes du système nerveux et du cœur. Au stade 3, un patient peut éprouver :

  • Des difficultés de concentration ;
  • Des problèmes de sommeil et de vision ;
  • Des pertes de mémoire ;
  • Des engourdissements, douleurs et picotements ;
  • Un rythme cardiaque irrégulier ;
  • Des douleurs articulaires ;
  • Une paralysie des muscles du visage ;
  • Des crises d’arthrite récurrentes avec un gonflement important des articulations, en particulier des grosses articulations.

Maladie de Lyme post-traitement

Dans certains cas, les patients n’obtiennent pas l’efficacité voulue avec le traitement standard. Ils présentent des symptômes récurrents non spécifiques, c’est-à-dire des douleurs ou de la fatigue articulaires et d’autres symptômes survenus aux premiers stades, qui peuvent durer longtemps après le traitement.

Traitement de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est diagnostiquée par un test sérologique à deux niveaux — le test ELISA (Enzyme-linked immunosorbent assay), qui doit être confirmé dans un laboratoire de référence par le test Western Blot.

On utilise des antibiotiques oraux pour le traitement de la maladie de Lyme à un stade précoce (aiguë). Un traitement antibiotique par voie intraveineuse peut être nécessaire si le patient souffre d’une maladie de Lyme disséminée à un stade précoce ou tardif. Le traitement est plus efficace s’il est initié le plus tôt possible.

Le traitement standard aux antibiotiques peut entraîner divers effets secondaires.

 Basé sur les schémas thérapeutiques standard actuels pour la maladie de Lyme selon l’agence nationale de protection de la santé des États-Unis, les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention)

Les effets secondaires les plus courants sont la diminution du nombre de leucocytes, la diarrhée et les infections causées par d’autres organismes résistants aux antibiotiques sans rapport avec la maladie de Lyme. Le patient est susceptible de tomber malade plus fréquemment, ce qui rend le traitement de la maladie plus complexe (et donc plus coûteux).

La réduction de la douleur et de l’inconfort est l’objectif principal de la gestion du syndrome de la maladie de Lyme post-traitement. Les analgésiques et les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés dans cette optique.

Approches récentes du traitement de la maladie de Lyme et résultats prévus

La littérature scientifique contient des exemples inspirants de l’utilisation de la thérapie par cellules souches pour traiter les symptômes neurologiques associés à la maladie de Lyme. Il a été admis qu’une mauvaise circulation dans certaines régions spécifiques du cerveau entraînait une mauvaise concentration, des troubles cognitifs et une sensibilité oculaire élevée chez les patients atteints de la maladie de Lyme.

La technique d’imagerie CT a montré que l’utilisation de cellules souches humaines en thérapie permet une amélioration clinique significative chez les patients présentant une manifestation neurologique de la maladie de Lyme en augmentant de façon notable le niveau de perfusion dans leur cerveau, voire en le ramenant à des niveaux normaux dans certains cas. Les patients ayant reçu ce type de cellules en même temps que des antibiotiques et des séances de physiothérapie ont montré une amélioration des paramètres tels que la faiblesse musculaire, la distance de marche, l’équilibre, la fatigue, la douleur, la vision brouillée, les compétences fonctionnelles et les capacités cognitives.

Сontacter

Obtenez une consultation gratuite en ligne avec un conseiller médical pour découvrir les résultats que vous pouvez attendre du traitement par cellules souches >>>

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Résultats du traitement des patients de Swiss Medica

Témoignage d’un patient traité à l’aide de cellules souches pour la maladie de Lyme à la clinique Swiss Medica :

« Je n’ai pas du tout conduit l’an dernier car je ne sentais plus mes jambes et j’avais des convulsions. Mais aujourd’hui je suis libre de conduire et d’aller où je veux. »

Patient d’Australie.

Durée de la maladie : 3 ans.

Avant le traitement :

  • Convulsions ;
  • Hyperthermie suivie de fatigue extrême ;
  • Douleurs ;
  • Perte de sensations dans la partie gauche du corps ;
  • Chutes.

Après le traitement :

  • Force et énergie ;
  • Sensations retrouvées ;
  • Plus de convulsions, douleurs ou chutes.

Pour plus de témoignages vidéo sur la maladie de Lyme, rendez-vous sur notre chaîne YouTube.

Bien que la capacité des cellules souches à traiter efficacement certaines maladies ait été prouvée, elles ne peuvent être considérées comme une garantie de guérison de la maladie de Lyme. L’efficacité de la thérapie dépend de multiples facteurs : état de santé initial, stade de la maladie, gravité des symptômes, âge du patient, prédisposition héréditaire, mode de vie, etc. De plus, l’utilisation de cellules souches ne suffit pas dans certains cas. La thérapie cellulaire est plus efficace lorsqu’elle est combinée à d’autres méthodes thérapeutiques qui contribuent à activer le processus de réparation des tissus.

Traitement de la maladie de Lyme par cellules souches : la procédure

À Swiss Medica, nous utilisons des produits cellulaires à base de cellules stromales mésenchymateuses multipotentes (CSM) pour traiter la maladie de Lyme. Ces types de cellules sont obtenus à partir du tissu adipeux (graisse) du patient et de tissus donnés tels que le placenta et le cordon ombilical. Les CSM présentent les avantages suivants : une procédure de prélèvement simple, l’absence de problèmes de sécurité, une faible immunogénicité (faible risque de rejet des cellules souches par le système immunitaire du patient) et une bonne capacité immunosuppressive.

Pendant la thérapie, un patient reçoit des dizaines de millions de ces cellules.

Le traitement à l’aide des cellules souches du patient (cellules autologues) comprend cinq étapes de base:

1. Prélèvement. De la graisse est extraite par liposuccion.

2. Traitement. Les cellules souches sont séparées dans une centrifugeuse.

3. Culture si nécessaire.

4. Activation. Les cellules sont bioactivées avant d’être introduites.

5. Administration du produit cellulaire. Les cellules sont introduites dans l’organisme par perfusion intraveineuse standard et/ou par voie intrathécale.

Traitement des cellules.
Traitement des cellules

Les cellules souches provenant de placenta et/ou d’un cordon ombilical sont préparées avant le traitement et peuvent être introduites immédiatement, les étapes 1 à 3 sont donc exclues.

La durée totale du séjour à la clinique est de 8 à 10 jours. Il peut être nécessaire de suivre deux ou plusieurs traitements par cellules souches à six mois d’intervalle pour obtenir des résultats stables. Toutefois, des améliorations apparaissent dans les 15 à 40 jours suivant la première administration de cellules.

Contacter

Obtenez une consultation en ligne gratuite avec un conseiller médical pour découvrir si les cellules souches pourraient vous être utiles >>>

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Indications et contre-indications pour la thérapie par cellules souches

En raison de ses avantages, la thérapie à base de cellules souches peut être prometteuse en cas d’absence ou d’insuffisance de thérapie principale, mais aussi pour éviter les effets secondaires des médicaments.

Les contre-indications sont les suivantes :

  • mauvaise expérience préalable avec des produits cellulaires ;
  • tout type de cancer ou d’état précancéreux ;
  • tout état de santé potentiellement mortel ou en phase terminale ;
  • les maladies infectieuses au stade aigu ;
  • accident vasculaire cérébral ou accident ischémique transitoire au cours des trois derniers mois ;
  • écarts de certains indicateurs lors de test sanguins ;
  • grossesse et allaitement ;
  • troubles mentaux et dépendances ;
  • contre-indications à l’anesthésie et/ou risque élevé de saignement et/ou de processus pathologiques dans la zone de la biopsie proposée (n’exclut pas la possibilité d’utiliser des produits à base de cellules de donneurs), et quelques autres.

Sécurité et effets secondaires

Les cellules souches injectées localement présentent un profil de sécurité. Le patient peut ressentir une douleur passagère semblable aux sensations ressenties lors d’une injection de seringue ordinaire pendant que le médecin introduit un médicament anesthésique (en cas de prélèvement de ses propres cellules ou d’injection locale d’un produit cellulaire). Ces procédures sont bien tolérées par la majorité des patients. Les spécialistes de Swiss Medica surveilleront votre état pour obtenir des résultats plus sûrs et plus efficaces pour vous.

Stem cell therapy at Swiss Medica
Le traitement peut inclure à la fois une thérapie par cellules souches et d’autres procédures selon le plan individualisé du patient.

Autres thérapies du traitement par cellules souches de la maladie de Lyme

En plus du traitement principal à base de cellules souches, le patient suit d’autres thérapies qui contribuent à améliorer et à renforcer les résultats finaux et à améliorer les troubles concomitants.

La bactérie de la maladie de Lyme produit des toxines en permanence et les accumule dans l’organisme. Lorsque les bactéries sont détruites par le traitement antibiotique, des quantités massives de toxines sont alors libérées. Ces toxines ont un effet négatif sur le système nerveux central, en particulier le cerveau, ainsi que sur d’autres organes et systèmes de l’organisme. Il en résulte une inflammation permanente et une activation du système immunitaire.

Purifier le sang des toxines de la maladie de Lyme favorise l’amélioration de l’état de santé général du patient. Pour cela, on utilise couramment la plasmaphérèse : le sang d’une personne est passé à travers un appareil qui sépare un constituant particulier et remet le reste en circulation.

Il existe d’autres thérapies telles que :

  • la thérapie de réadaptation au gaz xénon (procédure d’inhalation) ;
  • le SIS (Super Inductive System) ;
  • la thérapie Sparkwave ;
  • la thérapie par irradiation sanguine.

Tous les plans de traitement sont individualisés pour chaque patient.

Contacter

Contactez notre conseiller médical pour obtenir une consultation préliminaire gratuite >>>

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Liste des références:

  1. Borchers AT, Keen CL, Huntley AC, Gershwin ME. Lyme disease: A rigorous review of diagnostic criteria and treatment. J Autoimmun. 2015 Feb;57:82-115.

  2. Delgado MR, Hirtz D, Aisen M, et al. Practice parameter: pharmacologic treatment of spasticity in children and adolescents with cerebral palsy (an evidence-based review): Report of the Quality Standards Subcommittee of the American Academy of Neurology and the Practice Committee of the Child Neurology Society. Neurology. 2010;74:336–43.

  3. Bae SH, Kong TH, Lee HS, et al. Long-lasting paracrine effects of human cord blood cells on damaged neocortex in an animal model of cerebral palsy. Cell Transplant. 2012;21:2497–515.

  4. Ross Russell AL, Dryden MS, Pinto AA, Lovett JK. Lyme disease: diagnosis and management. Pract Neurol. 2018 Dec;18(6):455-464.

  5. Stricker RB, Green CL, Savely VR, Chamallas SN, Johnson L. Safety of intravenous antibiotic therapy in patients referred for treatment of neurologic Lyme disease. Minerva Med. 2010 Feb; 101(1):1-7.

  6. Fallon BA, Keilp JG, Corbera KM, Petkova E, Britton CB, Dwyer E, Slavov I, Cheng J, Dobkin J, Nelson DR, Sackeim HA. A randomized, placebo-controlled trial of repeated IV antibiotic therapy for Lyme encephalopathy. Neurology. 2008 Mar 25; 70(13):992-1003.

  7. Centers for Disease Control and Prevention. Lyme disease treatment.

  8. Shroff G. Single-photon emission tomography imaging in patients with Lyme disease treated with human embryonic stem cells. Neuroradiol J. 2018 Apr; 31(2): 157–167.

  9. Shroff G. Transplantation of Human Embryonic Stem Cells in Patients with Multiple Sclerosis and Lyme Disease. Am J Case Rep. 2016; 17: 944–949.

  10. Horowitz R., Freeman PR. Improvement of common variable immunodeficiency using embryonic stem cell therapy in a patient with Lyme disease: a clinical case report. Clin Case Rep. 2018 Jun; 6(6): 1166–1171.

  11. Hare JM, Traverse JH, Henry TD, Dib N, Strumpf RK, Schulman SP,et al. A randomized, double-blind, placebo-controlled, dose-escalation study of intravenous adult human mesenchymal stem cells (prochymal) after acute myocardial infarction. J Am Coll Cardiol. 2009;54:2277–86.

  12. Newman RE, Yoo D, LeRoux MA, Danilkovitch-Miagkova A. Treatment of inflammatory diseases with mesenchymal stem cells. Inflamm Allergy Drug Targets. 2009;8:110–23

More sources

Medical Advisor, Swiss Medica doctor

Ça peut vous intéresser

Article
Vidéo

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it