facebook

Les Traitements de la SLA: Les Options Thérapeutiques Actuelles

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est une maladie progressive qui affecte le fonctionnement des neurones moteurs impliqués dans les mouvements musculaires volontaires. Comme la plupart des maladies neurodégénératives, elle ne peut être guérie ; toutefois, des thérapies cellulaires avancées ont donné des résultats prometteurs en retardant la progression de la maladie et en améliorant la qualité de vie des patients.

Nous vous proposons d’en savoir plus sur les causes, les symptômes et les traitements de la SLA, ainsi que sur les promesses de la thérapie cellulaire dans la prise en charge des symptômes de la maladie.

Contactez-nous

Obtenez une consultation en ligne gratuite et confidentielle avec notre conseiller médical pour discuter de votre état de santé et en savoir plus sur les résultats attendus de la thérapie par cellules souches, le coût et la durée de la thérapie, et ce que le plan de traitement peut inclure.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Quels sont les symptômes et les causes de la SLA ?

La sclérose latérale amyotrophique, également connue sous le nom de maladie de Charcot, affecte les deux types de motoneurones classés comme suit :

  1. Les neurones moteurs supérieurs (nerfs situés dans le cerveau qui transmettent les impulsions nécessaires au mouvement).
  2. Les neurones moteurs inférieurs (nerfs partant de la moelle épinière ou du tronc cérébral et se dirigeant vers les muscles associés).

Cette maladie entraîne une perte rapide du contrôle des muscles et, à terme, une paralysie. En revanche, la SLA n’affecte pas les neurones non moteurs, comme les neurones sensoriels ou ceux responsables des facultés mentales.

La recherche médicale actuelle a montré que de multiples facteurs complexes pouvaient être à l’origine de la destruction des neurones moteurs. Ces facteurs sont les suivants :

  1. Dysfonctionnements métaboliques.
  2. Lésions causées par des radicaux libres.
  3. Mécanismes immuno-inflammatoires.
  4. Infection virale.
  5. Défaillances génétiques.
  6. Dysfonctionnement mitochondrial.
  7. Accumulation de protéines.

Les symptômes et le traitement de la SLA peuvent varier d’une personne à l’autre, car chaque individu perd une proportion différente de neurones moteurs supérieurs et inférieurs.

Symptômes précoces et tardifs de la SLA ?

La SLA est reconnue comme une maladie neurodégénérative multisystémique, ce qui signifie que de nombreux patients présentent également des symptômes non moteurs, notamment des troubles des fonctions exécutives, du comportement et de l’élocution.

La plupart des patients souffrant de cette maladie présentent les symptômes suivants :

  1. Faiblesse des muscles des mains, des bras ou des jambes.
  2. Diminution de la capacité à mobiliser les bras et les jambes.
  3. Contractions ou crampes musculaires fréquentes dans les muscles des mains et des pieds.
  4. Difficultés d’élocution, de déglutition ou de respiration en raison de la faiblesse des muscles.
  5. Lenteur ou troubles de l’élocution.

Les patients à un stade avancé de la SLA souffrent de :

  • essoufflement;
  • difficultés à parler;
  • problèmes de mastication et de déglutition;
  • raideur musculaire;
  • paralysie des muscles volontaires;
  • complications cardiaques;
  • problèmes respiratoires.

Contactez-nous

Pour discuter de votre état de santé avec un spécialiste de la médecine régénérative, contactez notre conseiller médical ou laissez vos coordonnées pour être rappelé. C’est gratuit et confidentiel.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Quelles sont les complications de la SLA ?

Parmi les complications potentielles de la SLA, on peut citer :

  • difficulté à respirer;
  • insuffisance respiratoire;
  • perte de la parole;
  • faiblesse musculaire entraînant des risques de chutes et de fractures;
  • alimentation liquide pénétrant dans les poumons;
  • pneumonie;
  • malnutrition entraînant une perte de poids;
  • embolie pulmonaire.

Comment la SLA est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic de ce syndrome peut s’avérer difficile car aucun test ne permet d’identifier ce trouble hétérogène (c’est-à-dire qu’il peut avoir plusieurs causes profondes). Le diagnostic implique généralement d’exclure d’autres maladies et états de santé par le biais de divers tests.

Un diagnostic typique de la SLA implique les procédures et examens suivants :

  1. Electromyogramme (EMG) : ce test évalue l’activité électrique des muscles afin de diagnostiquer ou d’écarter la possibilité d’une sclérose latérale amyotrophique.
  2. Étude de la conduction nerveuse : ce test sert à mesurer la capacité du nerf du patient à envoyer des impulsions aux différents muscles du corps. Il permet de vérifier si le patient souffre d’une lésion nerveuse ou d’une maladie nerveuse ou musculaire spécifique.
  3. IRM : l’IRM permet d’observer des images du cerveau et de la moelle épinière par le biais d’ondes radio et d’un champ magnétique puissant. Ce test permet d’exclure les tumeurs de la moelle épinière, les hernies discales au niveau du cou ou d’autres affections entraînant des symptômes similaires à ceux de la SLA.
  4. Analyses de sang et d’urine : ces tests de base sont effectués pour exclure d’autres maladies ou affections qui pourraient être à l’origine des symptômes.
  5. Autres tests : il peut s’agir d’une biopsie musculaire ou nerveuse, d’une ponction lombaire ou encore d’un examen neurologique, qui sont effectués dans le but de mieux comprendre l’origine des symptômes.

Comment la SLA est-elle traitée ?

Malheureusement, aucun traitement particulier pour les patients atteints de SLA ne peut guérir complètement les symptômes de la maladie ou même les inverser de manière significative. Les chercheurs du monde entier sont à la recherche d’options thérapeutiques efficaces pour la SLA, susceptibles d’améliorer considérablement les symptômes et de prolonger la vie des patients. Le riluzole et l’édaravone, deux médicaments approuvés par la FDA, se sont révélés efficaces pour ralentir la progression de la maladie. Cependant, ils sont connus pour avoir un certain nombre d’effets secondaires et peuvent nuire à la santé du patient.

Parallèlement, plusieurs thérapies et interventions non médicamenteuses sont utilisées pour gérer les symptômes de la SLA et aider les patients à conserver leur indépendance et leur qualité de vie le plus longtemps possible. Il s’agit notamment de traitements basés sur les cellules souches qui sont capables de traiter les zones touchées, de régénérer l’ensemble du corps et de le revitaliser.

Les thérapies complémentaires appliquées aux patients atteints de SLA

La thérapie par cellules souches n’est pas la seule forme de traitement de la sclérose latérale amyotrophique. Les médecins évaluent et prescrivent différents plans de traitement en fonction du stade de la maladie et de la gravité de la dégénérescence des neurones. Avant la recherche sur les cellules souches de la SLA, les thérapies complémentaires suivantes étaient utilisées :

Régime alimentaire et compléments nutritionnels

Les patients atteints de SLA subissent régulièrement une perte de poids et une diminution du tonus musculaire. Cela les rend vulnérables à d’autres maladies virales et bactériennes. L’adoption d’un régime riche en graisses ou en glucides peut avoir un effet positif sur la prise de poids. De nombreux patients atteints de SLA prennent également des compléments alimentaires pour améliorer leur état de santé. Le plus souvent, les médecins suggèrent la thérapie du protocole Deanna, une combinaison d’aliments et de compléments nutritionnels.

Cannabis

Le cannabis est prescrit aux patients atteints de SLA pour soulager les douleurs musculaires et réduire la spasticité (raideur ou paralysie des muscles). Il augmente également l’appétit des patients. Le cannabis est utilisé par vaporisation, ingestion d’huiles ou d’aliments contenant des cannabinoïdes.

Acupuncture

Cette méthode traditionnelle de la médecine chinoise utilise de fines aiguilles pour manipuler les centres d’énergie du corps à travers certains points anatomiques. L’approche de l’acupuncture est efficace pour gérer les douleurs musculaires et soulager les symptômes invalidants.

Pourquoi le traitement de la SLA est-il un défi ?

En comprenant mieux la SLA et sa complexité, les chercheurs se sont rendu compte que cette maladie n’est pas une entité unique mais plutôt une combinaison de troubles qui peuvent être mieux expliqués sous la forme d’un syndrome.

La recherche de thérapies efficaces pour ralentir la progression de la sclérose latérale amyotrophique est entravée par cette hétérogénéité. Il n’existe pas encore de méthode spécifique ciblant tous les symptômes de la maladie. En fait, chaque thérapie affecte un symptôme spécifique, ce qui rend le traitement de la maladie de la SLA très difficile. Dans ce contexte, la thérapie par cellules souches peut fournir une nouvelle solution pour la prise en charge de la maladie grâce à ses diverses propriétés thérapeutiques.

Comment les patients atteints de SLA peuvent-ils bénéficier du traitement par cellules souches ?

La thérapie cellulaire cible intrinsèquement divers mécanismes pathogènes afin de ralentir la progression de la maladie et d’améliorer la qualité de vie globale des patients atteints de SLA.

Les cellules souches sécrètent notamment des facteurs neurotrophiques et stimulent la différenciation de cellules non neuronales telles que les astrocytes et la microglie, et restaurent les synapses entre les motoneurones.

La thérapie par les cellules souches fournit également un soutien neurotrophique et immunomodulateur tout en aidant à la régénération des neurones moteurs, améliorant les capacités d’apprentissage et de mémoire, ainsi que les symptômes moteurs (tremblements, raideur et difficultés de mouvement).

Les bases scientifiques du traitement de la SLA par les cellules souches

Une méta-analyse des essais cliniques et des travaux de recherche a examiné l’innocuité et l’efficacité des cellules souches mésenchymateuses (MSC) pour traiter les symptômes sous-jacents de la maladie. L’étude a montré que les patients traités avec des MSC présentaient une amélioration de la force et du fonctionnement musculaires. En outre, aucun effet secondaire indésirable post-traitement n’a été observé, ce qui fait que cette approche mérite d’être envisagée. En comparant la thérapie par cellules souches à d’autres options thérapeutiques disponibles, les chercheurs ont constaté que cette thérapie avait un effet significatif sur le ralentissement de la progression de la maladie et sur l’amélioration de la qualité de vie des patients atteints. La thérapie cellulaire peut donc être considérée comme un traitement potentiel de la maladie.

Résultats de la thérapie par cellules souches chez les patients atteints de SLA

En général, les propriétés thérapeutiques des cellules souches sont les suivantes :

  1. Stimulation de la néoangiogenèse (croissance de nouveaux vaisseaux sanguins).
  2. Amélioration de la conduction et de la transmission neuromusculaires, entraînant une amélioration de la force musculaire dans les extrémités affaiblies.
  3. Normalisation des processus métaboliques, y compris le neurométabolisme.
  4. Amélioration de la fonction endothéliale et prévention de l’athérosclérose.
  5. Effet anti-inflammatoire systémique.
  6. Amélioration générale de la régénération des tissus et activation des cellules souches de l’organisme.

En raison de leur capacité à agir sur le développement de maladies complexes par le biais de mécanismes multiples, les cellules souches semblent beaucoup plus prometteuses pour le traitement du syndrome de la SLA et le ralentissement de la progression de la maladie que n’importe quel autre médicament ou intervention.

Les bénéfices d’un programme de traitement personnalisé de la SLA à la clinique

Les avantages potentiels d’un traitement de la SLA à la clinique sont les suivants :

  1. Un diagnostic précis. Grâce à un diagnostic établi à l’aide de consultations et de tests, nos spécialistes élaborent un plan plus personnalisé et plus efficace, adapté à votre état et à vos symptômes particuliers.
  2. Plusieurs voies d’administration des médicaments cellulaires (perfusions intraveineuses, injections intramusculaires et administration intranasale), afin de renforcer l’effet de la thérapie et de cibler tous les groupes de symptômes.
  3. Différents types de produits cellulaires (y compris des cellules stromales mésenchymateuses multipotentes cultivées provenant de différentes sources, ainsi que leurs exosomes et sécrétomes).
  4. Compréhension des effets de la maladie. Nos experts déterminent la manifestation et la progression de la maladie de Charcot afin de concevoir des procédures de traitement améliorées et adaptées individuellement.
  5. Des thérapies complémentaires pour soutenir les effets thérapeutiques des cellules administrées. Ces thérapies peuvent inclure :
  • Super Inductive System (SIS) – Un champ électromagnétique de haute intensité qui influence positivement les tissus de l’organisme.Il soulage la douleur, augmente la mobilité des articulations, accélère la guérison des fractures ainsi que la relaxation et le renforcement des muscles.
  • Électrothérapie –  Effet anti-inflammatoire, réduction des douleurs chroniques et aiguës, augmentation du tonus musculaire et de la circulation sanguine périphérique, diminution de la durée de rééducation liée à la thérapie principale.
  • Drainage lymphatique –  Améliore la circulation de la lymphe dans tout le corps, augmente le flux sanguin et aide à éliminer les déchets et les toxines des tissus de l’organisme.
  1. Soins et suivi après le traitement de la SLA. Une fois le traitement terminé, le patient fait l’objet d’un suivi actif afin de surveiller la réponse au traitement, l’évolution de la maladie et l’amélioration générale de son état de santé.
  2. Des services supplémentaires sont fournis, notamment une aide pour l’obtention du visa, un interprète, le transfert de/vers l’aéroport, l’hébergement personnel d’un patient ayant un parent à la clinique, etc.

Pour connaître le montant et l’efficacité du traitement de la SLA dans votre situation personnelle, veuillez contacter un spécialiste de la Clinique.

Demandez une consultation gratuite en ligne

Contactez notre conseiller médical pour discuter de votre état de santé et vous informer sur les résultats escomptés.

Dr. Aleksandra Fetyukhina
Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Liste des références:

  1. Brotman RG, Moreno-Escobar MC, Joseph J, et al. Amyotrophic Lateral Sclerosis. [Updated 2022 Aug 22]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan.

  2. Tefera, T. W., & Borges, K. (2017). Metabolic Dysfunctions in Amyotrophic Lateral Sclerosis Pathogenesis and Potential Metabolic Treatments. Frontiers in Neuroscience, 10.

  3. Zayia LC, Tadi P. Neuroanatomy, Motor Neuron. [Updated 2022 Jul 25]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan.

  4. Moreno, M. L., Barrios, C., Enrique, J., & Drehmer, E. (2020). Antioxidant Alternatives in the Treatment of Amyotrophic Lateral Sclerosis: A Comprehensive Review. Frontiers in Physiology, 11.

  5. McCombe, P. A., & Henderson, R. D. (2011). The Role of immune and inflammatory mechanisms in ALS. Current molecular medicine, 11(3), 246–254.

  6. Zhao, J., Wang, X., Huo, Z., Chen, Y., Liu, J., Zhao, Z., Meng, F., Su, Q., Bao, W., Zhang, L., Wen, S., Wang, X., Liu, H., & Zhou, S. (2022). The Impact of Mitochondrial Dysfunction in Amyotrophic Lateral Sclerosis. Cells, 11(13).

  7. Ari, C., Poff, A. M., Held, H. E., Landon, C. S., Goldhagen, C. R., & Mavromates, N. (2014). Metabolic Therapy with Deanna Protocol Supplementation Delays Disease Progression and Extends Survival in Amyotrophic Lateral Sclerosis (ALS) Mouse Model. PLoS ONE, 9(7).

  8. Paganoni S, et al. Trial of sodium phenylbutyrate-taurusodiol for amyotrophic lateral sclerosis. New England Journal of Medicine. 2020.

  9. Wijesekera, L.C., Nigel Leigh, P. Amyotrophic lateral sclerosis. Orphanet J Rare Dis 4, 3 (2009).

  10. Masrori, P., & Van Damme, P. (2020). Amyotrophic lateral sclerosis: a clinical review. European journal of neurology, 27(10), 1918–1929.

  11. Aljabri, A., Halawani, A., Bin Lajdam, G., Labban, S., Alshehri, S., & Felemban, R. (2021). The Safety and Efficacy of Stem Cell Therapy as an Emerging Therapy for ALS: A Systematic Review of Controlled Clinical Trials. Frontiers in Neurology, 12.

  12. Kiernan, M. C., Vucic, S., Cheah, B. C., Turner, M. R., Eisen, A., Hardiman, O., Burrell, J. R., & Zoing, M. C. (2011). Amyotrophic lateral sclerosis. Lancet (London, England), 377(9769), 942–955.

More sources

Medical Advisor, Swiss Medica doctor

Medical Advisor, Swiss Medica doctor

Ça peut vous intéresser

Article
Vidéo

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it