Trattamento del Morbo di Parkinson con Cellule Staminali | Swiss Medica

Trattamento del Morbo di Parkinson con Cellule Staminali

La maladie de Parkinson est la deuxième maladie la plus répandue après la maladie d’Alzheimer parmi les maladies évolutives qui nuisent au système nerveux. Elle touche principalement les personnes âgées (1 % des personnes de plus de 60 ans et 2 à 3 % des personnes de plus de 75 ans). Environ 5 % des cas sont causés par des problèmes génétiques, mais on ne sait pas exactement ce qui cause les 95 % de cas restants.

La maladie de Parkinson se caractérise par des symptômes moteurs (tremblements, ralentissement des mouvements, raideur musculaire, problèmes d’équilibre et de posture, perte de mouvements automatiques et difficultés à parler et à écrire) et par des signes et symptômes non moteurs (anhédonie, dépression, anxiété, déficience olfactive, troubles du sommeil et déficience cognitive).

Les symptômes de la maladie comprennent la perte d’un grand nombre de neurones dans la région du cerveau appelée substantia nigra. Ces neurones produisent de la dopamine, un neurotransmetteur qui assure la transduction des signaux vers les cellules nerveuses. Une autre caractéristique de cette maladie est l’émergence de paquets (corps de Lewy) dans le cerveau, formés par une protéine, l’alpha-synucléine.

Comment la thérapie à base de cellules souches peut aider à traiter la maladie de Parkinson

Les scientifiques s’efforcent de trouver un traitement pour ce trouble neurologique car la thérapie standard actuelle ne peut ni prévenir la mort neuronale, ni ralentir ou arrêter sa progression ; elle vise plutôt à maintenir un niveau constant de stimulation de la dopamine. Les médicaments existants peuvent améliorer les symptômes d’un patient, mais ils ne peuvent pas combattre la maladie et présentent des inconvénients et des effets secondaires importants (tels que l’atténuation des symptômes au fil du temps, les mouvements involontaires et la dyskinésie, les comportements impulsifs et compulsifs, les nausées et les vomissements, les hallucinations et les délires, les problèmes cardiaques, etc.).

Des approches alternatives de thérapie par cellules souches ont été étudiées au cours des 30 à 40 dernières années. Les résultats de la thérapie par cellules souches avec des cellules stromales mésenchymateuses multipotentes (CSMP), tant sur des modèles animaux que dans des essais cliniques, confirment que ces approches peuvent ralentir la progression de la maladie de Parkinson et réduire les symptômes, ainsi que les effets indésirables des médicaments existants.

Des études sur l’efficacité et la sécurité des CSM autologues ou provenant de donneurs lorsqu’elles sont implantées dans des régions spécifiques du cerveau ont été menées depuis 2009. Environ la moitié des patients ont montré une réponse positive au cours de la période d’observation (de 0 à 36 mois):

  • réduction de la rigidité ;
  • amélioration de la parole ;
  • tremblements minimes ;
  • pas besoin d’augmenter le traitement médicamenteux traditionnel.

Il a également été noté que les patients à un stade précoce de la maladie de Parkinson traités avec des cellules souches n’ont souvent pas connu de progression de la maladie et ont eu une amélioration clinique plus prononcée par rapport aux patients traités à des stades plus avancés de la maladie.

Approches basées sur les cellules souches mésenchymateuses pour gérer la maladie de Parkinson
Approches basées sur les cellules souches mésenchymateuses pour gérer la maladie de Parkinson. R. En laboratoire, les CMM peuvent être différenciées en neurones dopaminergiques au moyen de divers facteurs moléculaires. B. Application thérapeutique de neurones dopaminergiques développés in vitro pour traiter les patients atteints de la maladie de Parkinson et criblage de petites molécules dans le modèle cellulaire des neurones dopaminergiques dérivés des CMM

Résultats attendus

Au moins une partie des participants aux études achevées a démontré les améliorations suivantes:

  • Réduction de la rigidité.
  • Amélioration de la parole.
  • Tremblements minimaux.
  • Capacité à effectuer des activités de routine sans grande difficulté.
  • Capacité à marcher sur de plus longues distances.
  • Amélioration de la déglutition.
  • Diminution des mouvements involontaires.
  • Indépendance accrue lors des activités quotidiennes.
  • Amélioration globale évaluée par l’échelle unifiée de la maladie de Parkinson (UPDRS).

Résultats des patients de Swiss Medica

Carlo G., patient d’Italie (en italien, sous-titres en anglais):

“J’étais dans les meilleures cliniques, mais aucune ne m’a donné les mêmes résultats que ceux que j’ai obtenus après seulement 3 jours dans la clinique Swiss Medica”.

Francesco, patient d’Italie :

“Je peux parler plus vite, écrire, marcher dans les montagnes, me laver tout seul et jouer au football avec mes petits-enfants”.

Patient du Danemark, 10 ans de maladie de Parkinson :

«Chaque petite chose compte». Sa maladie a commencé par un petit tremblement de doigt et a progressé jusqu’à l’incapacité totale d’effectuer les activités quotidiennes. Il a maintenant le sentiment que la progression de la maladie s’est arrêtée. Il peut tenir un verre et boire, soulever ses jambes, taper des mains et se toucher la tête avec son bras.

Contacter

Obtenez une consultation en ligne gratuite d’un conseiller médical pour savoir si les cellules souches fonctionnent dans votre cas >>>

Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


Comment et pourquoi les cellules souches fonctionnent dans le traitement de la maladie de Parkinson

Les CSM peuvent produire un large éventail de molécules biologiquement actives (cytokines et facteurs de croissance), y compris celles qui ont des propriétés neuroprotectrices et neurodégénératives. De plus, des études in vitro ont montré que les CSM sont potentiellement capables de se différencier en divers types de cellules, y compris des neurones, et de former de nouvelles synapses avec les neurones voisins. L’effet thérapeutique est également assuré par l’effet immunomodulateur des CSM dû à la nature neuro inflammatoire de la maladie de Parkinson.

Parkinson's disease. Stem cell therapy.
Grâce à la sécrétion de molécules neuro régulatrices, les CSM sont capables d’influencer des processus tels que la neurogenèse, la gliogenèse, la remyélinisation et la plasticité neurale.

Sources de cellules souches

Les CSM peuvent être obtenus à partir des propres tissus du patient (moelle osseuse, tissu adipeux, sang périphérique ou gencive) ou de sources de donneurs (placenta, cordon ombilical ou moelle osseuse). La source des cellules est choisie en fonction de l’état du patient, de la maladie, de la présence de contre-indications au prélèvement des propres cellules du patient (tolérance à l’anesthésie, risque de saignement, etc.), et aussi de l’utilisation combinée des cellules du donneur et du patient dans un programme de traitement personnel.

En quoi consiste la thérapie

La procédure de traitement, lorsque des cellules autologues sont utilisées, comporte les étapes suivantes :

  1. Récolte de cellules provenant de l’une des sources de CSM ;
  2. Création du produit cellulaire — traitement et culture pour obtenir le nombre requis de CSM (c’est l’étape la plus longue qui dure environ 4 semaines) ;
  3. Injection de CSM.

Lorsque les cellules du donneur sont utilisées pour le traitement, la deuxième étape est exclue : les cellules souches cultivées et cryopréservées à l’avance (propres ou données) peuvent être prêtes à l’emploi dans les 24 heures.

Procédures préliminaires

Avant la procédure, un médecin de Swiss Medica vous examinera pour déterminer votre état de santé actuel et vos caractéristiques individuelles, et pour recueillir des informations sur vos antécédents médicaux afin de déterminer votre admissibilité à recevoir une thérapie à base de cellules souches avec des CSM. Des tests de laboratoire et/ou instrumentaux sont alors effectués. Le spécialiste choisira la source la plus appropriée de CSM autologues (moelle osseuse, tissu adipeux/graisseux ou tissu gingival) ou recommandera un traitement avec des cellules souches de donneur.

Pour extraire les CSM autologues, le médecin préparera d’abord votre peau en la nettoyant avec un antiseptique dans la salle d’opération, puis il vous administrera une anesthésie locale ou générale. Un échantillon du matériel biologique est ensuite extrait.

Les échantillons de moelle osseuse sont généralement prélevés sur la crête supérieure de l’arrière d’un os de la hanche ou parfois sur l’avant de la hanche. Le tissu adipeux est prélevé dans la zone de la paroi abdominale antérieure, des surfaces latérales de la taille, des reins, des fesses ou de la face externe des hanches. Lorsque les cellules sont prélevées dans le tissu gingival, le médecin prélève une petite partie (3-4 mm3) de la gencive.

Toutes les méthodes de prélèvement de matériel biologique mentionnées ci-dessus pour obtenir des cellules souches sont presque indolores et bien tolérées.

Si vous avez des questions concernant les procédures de traitement, contactez un conseiller médical de Swiss Medica pour obtenir des informations détaillées et connaître les conditions.

Durée

Le prélèvement de moelle osseuse prend environ une heure en moyenne.

Le prélèvement des cellules du FSV adipeux prend environ 30 minutes et varie en fonction de la quantité de tissu aspiré chez le patient.

Le prélèvement de cellules dans les tissus gingivaux ne prend que 5 à 15 minutes environ.

Le patient est surveillé après le prélèvement des CSM afin de garantir sa sécurité.

Votre confort pendant les procédures

Vous pouvez ressentir une douleur semblable à celle ressentie lors d’une injection ordinaire à la seringue pendant que le médecin introduit l’anesthésique local lors de la récolte autologue de cellules et lors des injections de produits cellulaires locaux.

Sécurité de la thérapie à base de cellules souches

Les procédures sont généralement bien tolérées par la majorité des patients. Les résultats d’essais cliniques ont confirmé la sécurité des injections locales et du traitement avec les CSM du point de vue de la formation de la tumeur après une période de suivi [6]. Une intolérance individuelle (fièvre à court terme), bien que rare, ne peut être exclue. Les spécialistes de Swiss Medica surveilleront votre état pour obtenir des résultats plus sûrs et plus bénéfiques.

Récupération après traitement

Vous pouvez ressentir une légère douleur à l’endroit où les cellules souches ont été injectées. L’inconfort peut durer quelques jours après le prélèvement du biomatériau. Pendant cette période, vous pouvez également ressentir une certaine faiblesse.

Pour comprendre l’efficacité du traitement par cellules souches et établir un plan de procédure de suivi, les patients subissent un examen de routine plusieurs semaines après l’injection des cellules souches. Les résultats du traitement sont observés 3 à 6 mois après l’intervention et le plan de traitement est adapté aux besoins uniques du patient.

Contacter

Si vous avez des questions sur les traitements et l’utilisation des cellules souches pour gérer la maladie de Parkinson, veuillez contacter notre conseiller médical Swiss Medica. Il pourra vous mettre en contact avec un spécialiste de notre clinique pour discuter de votre cas particulier >>>

Dr. Aleksandra Fetyukhina, MD

Medical Advisor, Swiss Medica doctor


List of References

  1. De Lau, L.M., and Breteler, M.M. 2006. Epidemiology of Parkinson’s disease. Lancet Neurol 5, 525-535.

  2. Rocha, E.M., De Miranda, B., and Sanders, L.H. 2017. Alpha-synuclein: Pathology, mitochondrial dysfunction and neuroinflammation in Parkinson’s disease. Neurobiol Dis.

  3. Wakabayashi, K., Tanji, K., Mori, F., and Takahashi, H. 2007. The Lewy body in Parkinson’s disease: molecules implicated in the formation and degradation of alpha-synuclein aggregates. Neuropathology 27, 494-506.

  4. Mendes Filho D et al., Therapy with Mesenchymal Stem Cells in Parkinson Disease: History and Perspectives. Neurologist. 2018 Jul;23(4):141-147.

  5. Autologous Mesenchymal Stem Cell Transplant for Parkinson’s Disease.

  6. Venkataramana NK et al., Bilateral transplantation of allogenic adult human bone marrow-derived mesenchymal stem cells into the subventricular zone of Parkinson’s disease: a pilot clinical study. Stem Cells Int. 2012;2012:931902.

  7. Outcomes Data of Adipose Stem Cells to Treat Parkinson’s Disease.

  8. Allogeneic Bone Marrow-Derived Mesenchymal Stem Cell Therapy for Idiopathic Parkinson’s Disease.

  9. Glavaski-joksimovicA, BohnMC. Mesenchymal stem cells and neuroregeneration in Parkinson’s disease. Exp Neurol. 2013;247:25–38.

  10. Tansey MG, Goldberg MS. Neuroinflammation in Parkinson’s disease: its role in neuronal death and implications for therapeutic intervention. Neurobiol Dis. 2010;37:510–518.

  11. Venkatesh K, Sen D1. Mesenchymal Stem Cells as a Source of Dopaminergic Neurons: A Potential Cell Based Therapy for Parkinson’s Disease. Curr Stem Cell Res Ther. 2017;12(4):326-347.

  12. Unified Parkinson’s Disease Rating Scale (UPDRS).

  13. Antonio J. Salgado et al. Mesenchymal stem cells secretome as a modulator of the neurogenic niche: basic insights and therapeutic opportunities. Front Cell Neurosci. 2015 Jul 13;9:249.

More sources

Potrebbe interessarti anche

Articolo
Video

We use cookies on our site to ensure that we give you the best browsing experience. By continuing to browse the site, you agree to this use. For more information on how we use cookies, see our Cookie Policy and Privacy Policy.

Got it